Lors de l’achat de fournitures de bureau respectueuses de l’environnement, les labels de qualité, les codes de recyclage ou les certificats des fabricants constituent un bon point de départ. L’Ange bleu, en particulier, exige des normes élevées de durabilité tout au long du cycle de production. Pour le papier à copier, il convient également de faire attention aux différentes différences entre FSC, PEFC, ECF, TCF ou PCF. Les matières plastiques en PP recyclé et une certification proactive de la neutralité climatique constituent une autre orientation positive.

Labels écologiques pertinents pour le papier à copier

Ange bleu

Un label écologique du ministère fédéral allemand de l’Environnement. L’Ange bleu garantit des exigences élevées en matière d’environnement, de santé et de propriétés d’utilisation en tenant compte de l’ensemble du cycle de vie. Les critères sont révisés tous les trois ou quatre ans et adaptés à l’évolution technique.

FSC

Le “Forest Stewardship Council” est un système international de certification pour une gestion forestière plus durable. Il soutient une gestion des forêts plus respectueuse de l’environnement, socialement bénéfique et économiquement viable depuis 1994.

PEFC

Le programme de reconnaissance des systèmes de certification forestière est, selon ses propres dires, la plus grande organisation indépendante au monde visant à garantir et à améliorer continuellement la gestion durable des forêts.

Les certifications environnementales sont-elles équivalentes ?

En principe, l’Ange bleu est le label de qualité environnemental le plus élevé pour le papier à copier. En effet, non seulement l’origine du bois joue un rôle important, mais aussi toutes les étapes du cycle de production.

En tant que systèmes de certification forestière, FSC et PEFC réglementent tous deux la gestion durable et responsable de la forêt d’origine. En Suisse, le label FSC s’est fortement établi depuis quelques années et a gagné en confiance. Le PEFC est une création plus récente dont les intentions sont similaires.

Même si les deux distinctions poursuivent des objectifs similaires, elles ne sont que partiellement assimilables l’une à l’autre, selon Greenpeace. Les différences pertinentes entre FSC et PEFC se situent surtout au niveau de la constellation de l’organisme de certification. Le PEFC garantit les intérêts des propriétaires forestiers, qui doivent en assumer l’entière responsabilité. Le groupe de travail FSC, en revanche, est composé de trois chambres avec différents groupes d’intérêts. Les décisions ne sont prises qu’à une majorité des deux tiers.

Degré de blancheur et blanchiment de la cellulose au chlore

Lors de l’achat de papier à copier dans le respect de l’environnement, il convient en outre de prêter attention à son degré de blancheur. Notamment à la méthode de blanchiment utilisée. En effet, des copeaux de bois sont utilisés pour la fabrication de la pâte à papier. Elles contiennent de la lignine, qui donne au papier sa couleur brunâtre et le rend cassant sous l’effet de l’oxygène. Cette substance est éliminée par un processus de blanchiment chimique.

Certains composés chlorés utilisés à cet effet sont toutefois très réactifs et polluent fortement l’environnement. Dans l’espace européen, le papier de bureau n’est heureusement plus traité au chlore élémentaire. Les méthodes de blanchiment suivantes sont courantes à la place.

TCF

Papier blanchi sans chlore (totally-chlorine-free)

Ici, on renonce totalement au chlore. À la place, on utilise des composés oxygénés comme le peroxyde d’hydrogène ou l’ozone. Il convient de noter que ce type de papier n’atteint pas le degré de blancheur ECF.

ECF

Papiers blanchis à faible teneur en chlore (elementary-chlorine-free)

Au lieu du chlore élémentaire, on utilise des composés chlorés comme le dioxyde de chlore ou l’hyperchlorure, qui sont beaucoup plus respectueux de l’environnement. En effet, le processus empêche la libération de dioxines nocives. Ce procédé de blanchiment est utilisé pour la plupart des papiers de bureau européens.

PCF

Papier recyclé blanchi sans chlore (process-chlorine-free)

Dans le cas du papier recyclé, il est difficile d’identifier l’origine exacte de la pâte à papier utilisée. Il n’est pas possible de faire la différence entre le papier ECF, TCF ou blanchi au chlore. Cependant, il est possible de garantir que le chlore ou les composés chlorés ne sont pas utilisés lors du retraitement et du blanchiment du papier. D’où le nom de “process-chlorine-free” (sans chlore).

Plastique en PP recyclé

Le plastique est passé de la bénédiction à la malédiction, et la pollution par le plastique est devenue un sujet important. En effet, le plastique a une durée de vie extrêmement longue et ne se dégrade que très lentement dans la nature. De plus, il peut contenir des plastifiants ou du bisphénol A (BPA) nocifs pour l’environnement.

De nombreux produits de bureau sont toutefois toujours fabriqués en plastique en raison des propriétés positives du matériau. Il est recommandé de veiller à ce que le polypropylène (PP) utilisé soit recyclé.

En effet, le PP est non seulement exempt de plastifiants, mais il peut aussi très bien être recyclé. Ces produits sont généralement reconnaissables au code de recyclage portant le numéro 5.

Il est également possible de recourir à des matériaux écologiques et biodégradables.

Le bois, par exemple, est bien sûr une alternative idéale. Ces derniers temps, les fabricants ont également commencé à développer d’autres matériaux plus écologiques qui se distinguent peu du plastique.

Par exemple, l’enveloppe de l’edding 24 EcoLine est composée d’au moins 90% de matières premières biodégradables à base de canne à sucre. Elles sont fabriquées dans le respect des ressources et de l’environnement, possèdent une longue durée d’utilisation et sont en outre peu polluantes.

Certification climatiquement neutre

Le choix d’un article de bureau respectueux de l’environnement ne doit toutefois pas s’arrêter à la qualité du matériau. De nombreuses entreprises s’efforcent de contribuer de manière proactive à la protection du climat et font certifier leur engagement par des fournisseurs tiers.

Kolma, par exemple, garantit une production climatiquement neutre pour sa ligne de produits “LineaVerde black”. Le soutien de projets climatiques de myclimate doit permettre de compenser les 20 tonnes de CO2 utilisées lors de la fabrication.

Comment puis-je faire certifier ma propre entreprise dans le respect de l'environnement ?

En tant qu’entreprise, il existe également des possibilités de s’engager via l’achat ciblé de produits éco. L’introduction d’un système de gestion environnementale selon la norme de gestion environnementale ISO 14001 permet de contribuer de manière proactive à la durabilité.

Lors de l’introduction, la politique environnementale de l’entreprise, les objectifs environnementaux ainsi que le programme environnemental de l’entreprise doivent être définis. Des contrôles réguliers par des instances externes conduisent ainsi à une amélioration continue. Par exemple, la renonciation aux produits en plastique, l’équipement en matériel de bureau certifié écologique, la réduction de la consommation de papier à copier et la formation active des collaborateurs aux objectifs environnementaux.

Vous trouverez de plus amples informations sur la gestion environnementale ISO 140001 sur le portail PME de la Confédération suisse.

Des institutions telles que Tüv-Süd, ClimatePartner ou myClimate proposent également des points de contact pour la certification de la neutralité climatique.